Graine d'historien
Graine d'historien

Le lecteur réel 

Dans son ouvrage Les textes littéraires à l’école (2000), J. Giasson indique qu’aux stratégies générales de compréhension s’ajoutent des stratégies spécifiques parce qu’un texte littéraire est fondamentalement différent d’un texte informatif. C. Tauveron insiste aussi sur cette différence. Dans un texte informatif, « l’auteur se doit de guider au mieux son lecteur en anticipant sur ses difficultés virtuelles de lecture (ne dire que ce qui est utile au propos ; ne pas omettre d’informations capitales ; ne pas se contredire ; organiser, hiérarchiser, connecter les informations ; manifester le plan ; éviter au maximum l’implicite ; expliquer les mots techniques ou scientifiques… ) ». Au contraire, le texte littéraire est « constitutivement lacunaire », il ne peut donner à voir complètement le monde qu’il crée. A la suite de C. Tauveron (2002), on peut citer P. Bayard : 

 

le monde que produit le texte littéraire narratif est un monde incomplet (…) Le texte n’est pas lisible si le lecteur ne lui donne pas sa forme ultime, par exemple en imaginant, consciemment ou inconsciemment une multitude de détails qui ne lui sont pas fournis.

A ces lacunes constitutives, l’auteur peut aussi ajouter de façon stratégique d’autres lacunes, des blancs, obligeant ainsi le lecteur à les combler. Il peut également créer de l’ambiguïté : « ambiguïté des personnages et de leurs motivations, ambiguïté de l’issue de leur parcours, ambiguïté de l’univers dans lequel ils évoluent, ambiguïté des mots mêmes choisis pour leur polysémie». Une lecture qui se réduirait à une mise en oeuvre automatisée des stratégies générales de compréhension ne peut être suffisante pour comprendre ce type de texte.

 

    Celui-ci appelle une autre lecture, une lecture littéraire où il s’agit pour le lecteur, si l’on reprend les mots de B. Gervais , d’« habiter le texte », de le « lotir », de le soumettre « à des échafaudages de toutes sortes», en somme de « faire de la densité du texte son territoire de prédilection ».

 

Extrait de mon mémoire de Master 2 Littérature de jeunesse, 

Le racontage, initiation à la lecture littéraire, 2017

 

C'est dans le cadre de la lecture littéraire que nous nous situerons ici. Vous trouverez dans cette rubrique un ensemble de textes portant sur les postures de lecteur. Ces réflexions théoriques peuvent fonder une didactique de la lecture littéraire comme le montrent les productions d'élèves (écrits, extraits de débats...) que vous pourrez découvrir ici aussi. 

Contact           

Catherine Bourgoin

Mon CV

Mes tweets sont professionnels : ils concernent d'abord les enseignants.

Tweets de CatherineBourgoin @CBourgoin68
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Graine d'historien