Graine d'historien
Graine d'historien

Slam poésie

Séance 1

 

"Je me souviens"

Georges Perec, 1978

Pour écouter quelques-uns des souvenirs de Perec...

 

 

Et quelques extraits :

 

2

Je me souviens du cadeau Bonux disputé avec ma soeur dès qu'un nouveau paquet était acheté.

3

Je me souviens des bananes coupées en trois. Nous étions trois.[...]

5

Je me souviens des jeux à l'élastique à l'école. [...]

11

Je me souviens de lectures sous les draps, le soir, à la lampe de poche.

13

Je me souviens de ces départs en vacances où l'habitacle était aussi chargé que le coffre.

14

Je me souviens de la sécheresse de 1976. [...]

18

Je me souviens de Raymond le brave, toujours second, pas bien malin, toujours gentil.

19

Je me souviens de 1515.

21

Je me souviens des fleurs de boutons d'or et de leur reflet doré sur le menton pour voir si "tu aimes le beurre".

22

Je me souviens de ces défilés du 8 mai, 14 juillet, 11 novembre... de ces fêtes de village.

23

Je me souviens des essayages de morceaux de pull encore accrochés aux aiguilles à tricoter.

25

Je me souviens de Nounours, Pimprennelle et Nicolas, du Marchand de Sable et de leur "Bonne nuit les petits".

27

Je me souviens du petit carnet où j'écrivains les mots des grands et que je ne comprenais pas.

61

Je me souviens que Les Noctambules et le Quartier Latin, rue Champollion, étaient des théâtres.

62

Je me souviens des scoubidous.

63

Je me souviens de "Dop, Dop, Dop, adoptez le shampooing Dop".

64

Je me souviens comme c'était agréable, à l'internat, d'être malade et d'aller à l'infirmerie.

67

Je me souviens que je devins, sinon bon, du moins un peu moins nul en anglais, à partir du jour où je fus le seul de la classe à comprendre que earthenware voulait dire "poterie".

68

Je me souviens de l'époque où il fallait plusieurs mois et jusqu'à plus d'une année d'attente pour avoir une nouvelle voiture.

348

Je me souviens d'un livre qui s'appelait Jody et le faon, et d'un autre qui racontait la vie d'un éleveur de castor (avec, aussi, un animal, une espèce de cerf, que j'appelais toujours "original" au lieu de "orignal"), et de Mon amie Flicka, et de Mazo de la Roche.

419

Je me souviens du bain que je prenais le samedi après-midi en revenant du collège.

422

Je me souviens quand j'étais louveteau mais j'ai oublié le nom de ma patrouille.

Observons le poème

  • Quel est le thème de ce poème ?

 

  • Regardons de plus près ces souvenirs évoqués par l'auteur

Tous se ressemblent-ils ?

Lis par exemple

  • les souvenirs 25, 63 : de quoi s'agit-il ?
  • les souvenirs 3, 23, 419 : quel est leur point commun ?
  • les souvenirs 5, 21 : quel est la différence avec les précédents ?
  • le souvenir 19 : de quoi s'agit-il ?
  • les souvenirs 64 et 14 : quelle est la différence entre eux ?

Votre mission - 1ère information

Ecrire des poèmes évoquant le souvenir de la 1ère guerre mondiale.

 

Mais attention, ces poèmes doivent respecter le modèle proposé par G. Perec. On doit retrouver la même figure de style et la même utilisation des différents temps.

 

Quels types de souvenirs pourrez-vous évoquer dans ces poèmes ? Pas quels souvenirs mais quels types ? Pensez à la classification que nous venons de faire lorsque nous avons lu le poème de Perec.

 

Comment ce poème est-il écrit ?

Les figures de style

 

Relis les trois premiers souvenirs de Perec.

Compare ce poème à cet extrait de "Je te l'ai dit pour les nuages" de Paul Eluard, 1929

"Je te l'ai dit pour les nuages

Je te l'ai dit pour l'arbre de la mer [...]

Je te l'ai dit pour tes pensées pour tes paroles

Toute caresse toute confiance se survivent."

 

Quel est le point commun entre ces deux poèmes ? Quel effet cela produit-il quand on lit à haute voix ces poèmes ?

 

Cette figure de style s'appelle l'anaphore.

 

 

Les temps utilisés

 

Quels sont les temps utilisés dans les souvenirs 68, 348, 419 ? Dans ces phrases complexes, distingue le temps utilisé dans la première proposition et dans la 2ème.

 

Lis maintenant le souvenir 422, qu'observes-tu ? Pourquoi ?

 

Et dans le souvenir 67, quels sont les temps utilisés ?

 

Une figure de style : l'anaphore

L'anaphore est la répétition d'un même mot ou d'un même groupe de mots en tête de phrases ou de vers qui se suivent. Cela donne une dimension rythmique, quasiment musicale au poème.

L'utilisation des temps

Le présent : c'est le temps utilisé par l'auteur puisque c'est maintenant qu'il se souvient... Ce temps est donc uniquement utilisé dans la 1ère proposition.

 

L'imparfait : c'est le temps utilisé pour évoquer le passé ; il est donc employé dans la 2ème proposition lorsqu'il s'agit d'un événement qui se répète.

 

Le passé simple : c'est le temps pour évoquer le passé ; il est donc utilisé dans la 2ème proposition lorsqu'il s'agit d'un événement ponctuel qui survient brusquement.

 

Le passé composé : il est utilisé dans une 3ème proposition pour évoquer ce que l'auteur a oublié.

 

Votre mission - 2ème information

Vous savez maintenant comment écrire votre poème.

 

Voici la liste des thèmes sur lesquels devront porter ces poèmes. Par binôme, choisissez-en un.

 

  • Déclaration de guerre, mobilisation, départ des soldats
  • Bataille de Verdun
  • La vie dans les tranchées
  • Les déserteurs, les fusillés
  • La fraternisation entre ennemis
  • La vie à l'arrière
  • Les femmes dans la guerre
  • La propagande, le soutien aux soldats
  • Les blessés
  • Fêter la victoire, honorer les morts

Les poèmes des élèves

La vidéo de la commémoration 

 

 

Commentaires

Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires
Veuillez noter que le contenu de ce formulaire n'est pas crypté
Aucune entrée disponible

Et d'autres poèmes du souvenir 

écrits par les élèves de 6ème du Collège St Anatoile

 

Je me souviendrai toujours du jour où j'ai été élu délégué. C'était la première fois que je votais, la première fois que je me présentais.

Je regardais avec impatience chaque bulletin qui sortait de l'urne. A chaque fois que mon nom retentissait, mon cœur s'accélérait.

Pour la première fois, ce jour-là, je me sentis responsable d'une classe.

                                                         Paul

________________________________________

 

Je n'oublierai jamais le jour où, quand ma mamie a sonné, mon chiot s'est précipité devant moi. Il voulait me protéger.

Quelle surprise de voir ce chien si petit grogner déjà comme s'il était grand !

Depuis il a grandi mais ma mamie et lui ne sont toujours pas amis…

Antoine

________________________________________

 

Je me souviens quand je suis allée voir pour la première fois mon petit frère à la maternité. Il était tout petit, vraiment pas très gros. Ma maman était très joyeuse. Nous aussi on était très joyeux de voir Esteban, ses petites mains toutes mignonnes. Il était en train de dormir. Il était sage.

ça n'a pas duré longtemps…

Laurane  

________________________________________

 

Je me souviens quand mon frère espérait désespérément m'apprendre à monter au ginko. Il faisait chaud ; c'était l'été. Les feuilles de l'arbre étaient dorées, très jolies. Cet arbre, c'est mon grand-père, missionnaire en Corée, qui nous l'avait rapporté de ce lointain pays.

Mon frère me faisait la courte échelle mais décidément je n'y arrivais pas. Je dérapais, je tombais. Et mon frère râlait.

Nous avons beaucoup ri. Je me souviens que c'était une belle journée.

Alix  

________________________________________

 

Je me souviens quand je fis ma première marche. Il faisait chaud ce jour-là. Aiglepierre, Arsures, Arbois. 23 km ! Je me rappelle le plaisir que j'éprouvais. C'était il y a quatre ans. C'était beau, le vert profond des sapins, le bleu du ciel, les fleurs multicolores. Cela sentait bon. J'étais émerveillé.

Depuis chaque dimanche je marche avec mon papa et ma maman.

Enzo

 

________________________________________

 

Je me souviens de ma première journée d'apprentissage de jeune pompier. J'étais avec mon cousin. C'était la première fois que je montais dans un camion de pompier. Des compresses, des bouteilles d'oxygène, le brancard, le palarate, des gants, un défibrilateur, un masque à oxygène, tout y était. J'étais impressionnée.

Mon rêve, ce jour-là, se réalisait. J'allais devenir pompier.

Loïs

________________________________________

 

Je me souviens quand j'ai vu l'Arc de Triomphe pour la première fois en vrai. C'était à Paris. Il neigeait. J'étais entourée de voitures. J'avais longtemps attendu ce moment. L'arc ressemblait à un grand pont. C'était vraiment très beau.

Flavie

________________________________________

 

Je me rappelle d'une journée aux Rousses. Il faisait très beau. La neige était bonne. Mes sœurs skiaient, s'amusaient, rigolaient. Et moi je les regardais. J'étais triste. Je ne pouvais pas skier. La veille, je m'étais blessée en me promenant dans la forêt avec mon papi. Une entorse, le médecin m'avait dit. Ne riez pas ! Ce n'était vraiment pas drôle.

Emma

________________________________________

 

Je n'oublierai jamais ce jour-là. Toutes ces tombes blanches, ces croix, ces étoiles juives alignées sur l'herbe très verte et au loin le bleu de la mer. J'étais impressionné. C'était très beau ce cimetière. C'était triste aussi. Tous ces Américains morts sur les plages du débarquement. Il faisait beau ce jour-là. Jamais je n'oublierai ce moment-là.

Bastien

________________________________________

 

Je me souviens que ma petite sœur courait vite et rigolait.

Je me souviens qu'il y avait un beau soleil ce jour-là.

Je me souviens que tout à coup elle est tombée la tête la première devant l'arrêt de bus.

Je me souviens que ça m'a fait beaucoup rire. J'en avais les larmes aux yeux.

Je me souviens que ça l'a fait rigoler aussi.

Doriane

________________________________________

 

Je me rappellerai toute ma vie la naissance de ma sœur. Elle était jolie comme un cœur, Lison. J'avais envie de la prendre dans mes bras. Elle avait de jolies petites mains potelées, des yeux ronds qui se fermaient, une bouche toute petite. Quand je l'ai vue, j'étais joyeuse, heureuse, émue. Je croyais m'être trompée de chambre tellement elle était jolie.

Elle sera toujours jolie, ma sœur chérie.

Léa

________________________________________

 

Je me souviens de ce jour où j'ai découvert, en descendant du bus avec mes camarades, ce grand bâtiment qui ressemblait à une épée plantée dans la terre. C'était l'ossuaire, ce lieu où on a conservé les ossements des soldats morts pendant la 1ère guerre mondiale. C'était à Verdun. Il pleuvait. On avait tous froid. J'étais triste. Jamais je n'oublierai ce jour.

Marie-Anne

________________________________________

 

Je me souviens quand mon tonton partit son béret vert sur la tête et ses trois sacs sur le dos. Son visage était tellement sérieux. Il allait faire la guerre. Il prit le camion au bout de la route. Je me souviens que nous étions tristes. Il faisait froid ce jour-là. Ma petite cousine pleurait.

Rémi 

 

 

Contact           

Catherine Bourgoin

Mon CV

Mes tweets sont professionnels : ils concernent d'abord les enseignants.

Tweets de CatherineBourgoin @CBourgoin68
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Graine d'historien